PHONOGRAPHE


DECOUVRE LES PRINCIPES DU PHONOGRAPHE ET FABRIQUE TES PROPRES HAUT-PARLEURS EN CARTON

À partir de 8 ans

carton_screen-phonographe


Fabrique toi-même ton phonographe en carton, et expérimente cette invention mystérieuse développée par Thomas Alva Edison pour mieux comprendre les principes d’amplification et de diffusion du son. Muni d’une platine vynile, d’un disque et d’une aiguille, les enfants pourront écouter de la musique avec leur propre cornet acoustique en papier !

DUREE : 1h

EFFECTIF : 20

TARIF : 60 €
Le tarif comprend la préparation et l’animation des ateliers, le matériel requis nécessaire à la réalisation des cônes en carton. Le Bon Accueil fourni le platine vinyle et les disques sur la durée de l’atelier.

POUR EN SAVOIR PLUS, TÉLÉCHARGER LA FICHE DE L’ATELIER :






The Ghost in the Machine

Pierre Bastien, Luke Jerram, Aleksander Kolkowski, Tilman Küntzel, Lucas Grandin

Vernissage le vendredi 4 novembre à partir de 18h30 à la Villa des Tanneurs
Finissage de l’exposition le dimanche 4 décembre à partir de 16h30 au Bon Accueil

Exposition à la Villa du Parc des Tanneurs – Rennes
Du 5 novembre au 4 décembre 2016
Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 18h et le dimanche de 15h à 18h

Exposition à la galerie EC’arts de l’ESPE Bretagne – Rennes
Du 14 octobre au 27 novembre 2016
Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h

Commissariat : Damien Simon
fantôme-machine_screen

Au travers d’une sélection d’oeuvres et de créations d’artistes internationaux, The Ghost in the Machine explore la part obscure du roman « L’Eve Future » écrit par Villiers de L’Isle Adam et, publié en 1886.

Le titre de l’exposition emprunte au philosophe Gilbert Ryle et sa critique de la dualité corps/esprit qui inventa l’expression «Le fantôme dans la machine» dans son livre publié en 1949, « La notion d’esprit ». Dualité que le roman illustre en proposant de manière récurrente d’interchanger corps et «esprits».

Souvent qualifié d’ouvrage de science-fiction anticipant les interactions homme-machine, le roman se fait également amplement le reflet de son époque et de l’engouement pour le spiritisme le magnétisme et autre mesmérisme.
Edison y est présenté à la fois comme un ingénieur, mais aussi comme un puissant magnétiseur. L’andreïde, cette femme robot, premier modèle d’un être dont la perfection se révèle dans son artificialité, semble douée d’une vie propre échappant aux simples lois de la physique comme à son créateur.

« The Ghost in the Machine » explores the links between technology and spiritualism seen through a work of fiction , « Tomorrow’s Eve » by French author Villiers de L’Isle Adam – published in 1886, ten years after the invention of the phonograph.
Featuring Edison as an inventor and hypnotist capable of maintaining in a magnetic sleep one that will come to haunt his electromechanical creation, Hadaly. The novel is a reflection of its time when technology and sciences coexisted with spiritualism and research relating to the beyond.


PARTENAIRES : Le Fantôme dans la machine une exposition coproduite avec le Musée d’art et d’histoire de Saint-Brieuc en partenariat avec La Briqueterie Langueux dans le cadre de “130 ans / L’Eve future / Villiers de L’Isle-Adam”
REMERCIEMENTS :
Aleksander Kolkowski remercie pour leur aide précieuse :
Henri Chamoux http://www.phonobase.org
Duncan Miller, Vulcan Records, http://www.vulcanrecords.com
Science Museum Workshops (London)

Le Bon Accueil remercie :
Elisabeth Renault (directrice du Musée d’art et d’histoire de Saint-Brieuc), La Briqueterie (Langueux), La Ville de Saint-Brieuc, La Ville de Rennes et le Conseil régional de Bretagne pour leur soutien à ce projet.

RUN RUN RUN

Exposition collective du 2 octobre au 30 décembre

VILLA ARSON 20 avenue stephen liégeard F- 06105 Nice cedex 2

run-run-run-site
Pour ses 20 ans, La Station invite Le Bon Accueil (parmi d’autres) à proposer un artiste.
Dès l’invitation lancée par La Station à participer à « Run Run Run » il nous a paru évident voire amusant de réactiver un objet sonore intimement lié à la Côte d’Azur et qui fut produit en masse avant de tomber rapidement en désuétude.

Si nous connaissons bien les cartes postales touristiques qui d’ailleurs abondent sur la côte azuréenne avec ses vues sur une méditerranée baignée de soleil, il n’en va pas de même des cartes postales sonores. Non pas celles qui fleurissent actuellement sur le net, mais bien des cartes de papier avec vues pouvant être jouées sur un lecteur de disques vinyles. A peine le bras posé sur le recto de la carte, photos de paysages, de Nice, Menton, Cannes et Monaco se mettent à tournoyer à 45tr/min au rythme de tubes populaires ensoleillés.

Pour « Run Run Run », muni d’une machine Cartavox restaurée, l’artiste anglais Aleksander Kolkowski, collectionneur et féru d’archéologie des médias, propose de repenser ce média obsolète et d’explorer de nouveaux potentiels en produisant de nouvelles cartes à l’unité lors de son séjour à Nice. L’exposition proposera de découvrir ces nouvelles cartes sonores ainsi que leur processus de création.


PARTENAIRES : exposition coproduite par La Station, La Villa Arson et Le Bon Accueil.
REMERCIEMENTS : Pascal Broccolichi.