Le Voile du Palais

La voix comme
technologie du corps
l’enregistrement comme
technologie de la voix


Gert Aertsen (BE), Melissa Dubbin & Aaron Davidson (USA), Aleksander Kolkowski & Loré Lixenberg (UK), Martin Riches (UK/DE), Mathilde Lavenne (FR), Rainier Lericolais (FR), Richard Marnier (FR), Julien Nédélec (FR), VOID (BE)

EXPOSITION REPORTEE
ENTREE LIBRE ET GRATUITE


Au travers une sélection d’artistes, notamment inspirée par les œuvres de J. Verne, G. Leroux, mais aussi de H. de Balzac, A. Rimbaud ou J. Cocteau, « Le voile du palais » propose d’explorer le rapport entre voix et technologie, qu’elle soit organique ou mécanique. Soit la voix comme technologie du corps et l’enregistrement comme technologie de la voix.

A l’Opéra de Rennes, le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux sert de fils rouge à la partie de l’exposition se focalisant sur la chant lyrique avec sa dimension iconique, comme représentation de la voix. Au Phakt, l’exposition propose d’explorer les débuts de l’enregistrement sonore qui furent principalement dédiés à la voix. Une histoire de l’enregistrement qui laisse également la part belle aux fantômes et à l’imaginaire lié à la possibilité de mettre les voix en boite.
Through a selection of artists inspired by the the writings of J. Verne, G. Leroux, H. de Balzac, A. Rimbaud or J. Cocteau, « Le voile du palais » investigates the relationship between voice and technology, whether organic or mechanical. Namely, voice as a technology of the body and recording as a technology of the voice.At Opéra de Rennes, the ehxibition focuses on opera singing, the opera singer being an iconic representation of the act of singing, of the voice itself. At Phakt gallery, the exhibition explores the beginnings of recording technologies, which were mainly dedicated to the human voice. An history of sound recording leaving room to ghosts and the imagination bound to the fact of putting voices in box.


Commissariat Le Bon Accueil – arts sonores –
Coproduction Le Bon Accueil – art sonores- | Phakt Colombier
Partenaires : Opéra de Rennes | LENDROIT